Jazz En Ligne

Le site de référence

pour tout apprendre sur le Jazz

Qu’est-ce que le Jazz ?

Le jazz est un mélange d’une variété de styles musicaux. Au cours de son développement, il a réussi à intégrer de nombreuses influences et à être capable de mélanger de nombreux styles différents comme le blues et le rock, la musique latine, le hard rock, etc.

Du point de vue de la technique musicale, sa profondeur et sa complexité sont telles qu’il est difficile de définir précisément ce qui le définit.

Le jazz englobe une variété de sous-types comme le be-bop traditionnel, la fusion, le free-jazz, et ainsi de suite. . Selon Travis Jackson, le jazz peut être décrit de manière plus “ouverte”, en affirmant que le jazz (qu’il soit appelé swing, fusion ou latin jazz) est un genre de musique qui peut être décrit comme l’improvisation et l’interaction de groupe, le développement de sa voix en tant qu’artiste et l’ouverture à une variété de possibilités musicales.

Jazzenligne - Artistes de Jazz

Les styles de Jazz

Les styles de jazz sont généralement divisés en trois catégories : bebop, swing et free jazz. Bebop est un style de jazz caractérisé par des changements d’accords rapides et des solos improvisés. Le free jazz est un style de musique abstrait qui n’est lié à aucune signature temporelle ou tonalité particulière. Le swing est un style de jazz caractérisé par de longues phrases musicales avec des sections répétées (également appelées « licks ») qui constituent la base de nombreuses chansons et danses.

Styles Jazz - Africaines

Musiques africaines

Gospel

Styles de Jazz - Bebop

Bebop

Festivals de Jazz

Les plus grands festivals de Jazz

Le festival de jazz est un type de festival de musique centré sur la musique jazz. Le 1er festival de Jazz a eu lieu pour la première fois aux États-Unis en 1926. Cet événement annuel est populaire depuis sa création et s’est développé pour inclure des milliers de participants et d’artistes chaque année.

Ces évènements proposent un large éventail d’événements, de performances et d’ateliers ouverts à tous. Ces événements incluent des concerts de musiciens du monde entier et proposent également des ateliers sur l’improvisation jazz, l’écriture de chansons, etc.

J’ai sélectionné pour vous les meilleurs festivals de Jazz dans le monde entier. Vous pourrez trouver une présentation de chaque programmation, avantages, inconvénients et plus encore pour chaque festival de Jazz.

Les meilleurs albums de Jazz

Vous trouverez des milliers d’albums de jazz, il n’est pas toujours simple de savoir quel album écouter. Certains artistes ont enregistré plus de 500 albums, alors comment trouver la perle rare dans le cosmos de single ? L’équipe de Jazz en ligne listé pour vous les meilleurs albums de jazz de tous les temps, pour vous fournir uniquement les musiques de grandes qualité. Si vous êtes un vrai fan de jazz alors vous ne serez pas déçu de la collections de titres que nous pouvons vous proposer !

L’histoire du Jazz

Les origines du Jazz : Danses et musiques d’esclaves noirs

Avant 1808, le commerce des esclaves avait entraîné l’arrivée aux États-Unis d’un million d’Africains originaires de la région subsaharienne, principalement d’Afrique occidentale et du bassin du fleuve Congo.

Ils ont apporté leurs coutumes musicales : La musique africaine utilisait une mélodie unique, des rythmes contre-métriques et une structure d’appel et de réponse (par exemple, les chants de travail). Elle avait avant tout une fonction utilitaire, qui consistait à aider la musique pour le travail (musique de travail) ou les rituels funéraires. Les rassemblements d’esclaves ont donné lieu à de grandes fêtes urbaines où se mêlaient danses et tambours africains.

À partir de 1843, un festival a lieu un dimanche par an à Congo Square, à la Nouvelle-Orléans, et d’autres rassemblements ont lieu simultanément dans le sud des États américains. Au milieu de tout cela, le jazz trouve ses racines dans la religion : les Noirs apprennent l’harmonie des hymnes à l’office du dimanche, puis ajoutent des influences africaines pour créer des gospels et des negro spirituals qui sont ensuite joués dans les églises méthodistes, baptistes et pentecôtistes.

De même, au XIXe siècle, une grande quantité de musiciens noirs ont appris à jouer de l’instrument “européen”, notamment du violon. Ils parodiaient également la salle de bal dans les cakewalks. En revanche, les minstrel shows interprétés par des Euro-Américains déguisés en noirs, incorporaient la syncope des rythmes africains à l’aide du violon.

Vers 1850, le compositeur du monde blanc Louis Moreau Gottschalk a adapté les rythmes de la musique des esclaves et les airs des Caraïbes pour le piano de salon.

Dans ses “Souvenirs from Havana” (1859), ainsi que dans la musique de la culture créole des Caraïbes et de la Nouvelle-Orléans, on peut découvrir le même motif à trois temps appelé tresillo. Il s’agit d’un élément rythmique fondamental dans la musique de l’Afrique subsaharienne et de la diaspora africaine.

Ragtime et blues

Au début du 20e siècle, le blues s’est développé dans le delta du Mississippi et s’est largement répandu de 1920 à nos jours avec, entre autres, le premier enregistrement réalisé par Mamie Smith.

Puis apparaît le genre ragtime, le style pianistique de Scott Joplin, musique syncopée inspirée de la musique classique occidentale. Les années 1920 voient l’émergence du ragtime à Harlem.

Le stride héritier du ragtime est l’introduction d’une pulsation ternaire, et la virtuosité et l’habileté des musiciens s’accroissent, à l’instar de James P. Johnson. Le boogie-woogie émerge simultanément à Chicago.

Jazz Nouvelle-Orléans et Dixieland

C’est à la Nouvelle-Orléans que le jazz s’est développé de manière générale, notamment dans le quartier connu sous le nom de “red-light Storyville” et dans les ensembles orchestraux des “brass bands” qui étaient un mélange de marches militaires redécouvertes par les Noirs américains ainsi que par les Créoles qui favorisaient l’expression collective.

Au cours de la décennie 1910, les premières formes de jazz (“proto-jazz”) voient le jour, notamment sous la direction du chef d’orchestre James Reese Europe, qui crée le Clef Club. En 1912, la salle de concert de Harlem accueille le premier ensemble de jazz composé exclusivement d’Afro-Américains, le Clef Club Orchestra. Entre 1913 et 1914, les enregistrements sur phonographe sont réalisés pour être utilisés par la Victor Talking Machine Company.

La première performance de jazz enregistrée l’a été au mois de mars 1917 par l’Original Dixieland Jass Band, un ensemble entièrement blanc.

Le musicien et chef d’orchestre créole Jelly Roll Morton se décrit comme “l’inventeur du jazz”. S’il est véritablement un intermédiaire entre le ragtime et le jazz, ce sont Kid Ory, Sidney Bechet et surtout Louis Armstrong qui s’imposent comme les musiciens les plus réputés des formations de la Nouvelle-Orléans caractérisées par l’improvisation collective du schéma instrumental trompette clarinette, trombone et trombone.

Cool jazz, hard bop, jazz modal, free jazz (années 1950)

Dans les années 1950, les évolutions du bebop apparaissent sous la forme du hard et du cool bop. Le cool et le West Coast jazz rassemblent des évolutions du bop qui ne sont pas influencées par le rythme et typiquement interprétées par des Blancs.

Les Four Brothers de Jimmy Giuffre, les innovations de Lennie Tristano, et la collaboration de Miles Davis et Gil Evans sont typiquement classés dans cette catégorie. À l’inverse, le hard bop est plutôt un mouvement entièrement noir, visant à ramener le blues et la soul dans le bop, et dans lequel la composante rythmique est le point central. Art Blakey, Horace Silver ou Sonny Rollins y ont participé. D’autres personnages inclassables émergent : Bill Evans, Charles Mingus, Oscar Peterson…

A la fin des années 1950, la structure harmonique et l’improvisation sont poussées aux limites de l’improvisation par John Coltrane. Le groupe est dirigé par Coltrane ainsi que par Ornette Coleman ; les musiciens remettent en question l’instrumentation et la structure musicale. La grille harmonique, le rythme traditionnel et même le sujet sont oblitérés au profit de l’improvisation collective et de l’utilisation prédominante de l’énergie ainsi que de l’application d’une variété de méthodes inhabituelles (cris aigus, grognements, hurlements et gifles “sons sales” et même bruyants) C’est le début du free jazz. Les réactions des critiques à cette toute nouvelle forme de jazz sont féroces et le grand public est moins apte à écouter cette nouvelle forme de musique.

Third Stream

Le mouvement “Third Stream” a vu le jour au milieu des années 1950, à peu près en même temps que les premiers mouvements du free jazz.

Il est le résultat du désir des musiciens du monde du jazz d’élargir leurs perspectives musicales. Parmi les principaux interprètes du troisième courant, on peut citer George Russell, John Lewis, Georges Handy, Jimmy Giuffre et Ran Blake.

Bien qu’ils ne soient pas tous directement associés à ce courant, de nombreux artistes comme Bill Evans, Eric Dolphy, Ornette Coleman, Ran Blake ou Scott LaFaro ont contribué à des enregistrements ou des concerts qui présentent ce style.

Jazz Fusion et sous-genres

À partir des années 1960 et surtout des années 1970, des mouvements de fusion entre le jazz et différents courants musicaux ont vu le jour.

Le jazz et la musique latine ont donné naissance au latin jazz ou le jazz et le funk au jazz-funk, mais c’est la fusion du jazz et du rock, également appelée jazz-rock, qui a remporté l’adhésion du public. Les figures les plus notables sont Miles Davis, Frank Zappa, Herbie Hancock ou le groupe Weather Report.

De même, la création du label ECM à Munich a contribué au développement et à la diffusion d’un jazz plus “européen”, présentant des paysages sonores plus subtils et plus discrets, influencés par la musique classique, la musique contemporaine et la musique du monde.

Jan Garbarek, John Surman, Louis Sclavis, Kenny Wheeler ne sont que quelques-uns des membres du groupe.

Où trouver un bar de Jazz ?

Les bars de jazz sont généralement des lieux petits et intimes avec de la musique live. On les trouve souvent dans les quartiers où le jazz a été créé. L’atmosphère est animée et amusante, avec des gens assis sur des tabourets au bar ou debout autour d’écouter de la musique live.

Les bars de jazz ont un large éventail de caractéristiques qui les rendent uniques. Ils servent souvent de l’alcool, c’est pourquoi ils sont plus populaires auprès des jeunes. Ils ont également tendance à être des lieux très intimes et personnels où les artistes et le public peuvent partager leurs expériences ensemble.

Ces caractéristiques font des bars de jazz un endroit idéal pour écouter de la musique live ou simplement passer du temps avec des amis dans un cadre social.

Bar-de-Jazz
Danser Jazz

Savoir danser sur du jazz

La danse jazz est un type de danse qui a été développé à la fin des années 1800 et au début des années 1900 par les Afro-Américains à la Nouvelle-Orléans. Il se caractérise par un tempo rapide, des rythmes syncopés et de l’improvisation.

Dance to jazz est une nouvelle tendance dans le monde de la danse. Il a commencé aux États-Unis et s’est propagé à diverses parties du monde, y compris l’Inde. C’est devenu un choix populaire pour les personnes qui veulent apprendre à danser mais qui n’ont pas beaucoup de temps libre.

La première danse jazz s’appelait “The Big Apple” ou “The Charleston”. Il a été créé par James Reese Europe (1858-1924), un danseur afro-américain qui devint plus tard connu sous le nom de “Mr. Bojangles”. Il exécuterait ses danses dans les rues pour de l’argent et des pourboires des passants.

L’influence du Jazz

Dans la musique

Le jazz a influencé de nombreux compositeurs contemporains. 20e siècle et ont adapté les rythmes et les instruments de l’ère du jazz dans leurs compositions. Parmi les exemples, on peut citer le Boléro et la Musique pour la main gauche de Maurice Ravel , la Création du monde de Darius Milhaud, le Concerto pour deux pianos, orchestre et deux cordes de Francis Poulenc , la Suite pour orchestre de jazz n° 1 de Dmitri Chostakovitch, le Concerto d’ébène d’Igor Stravinsky, le Concerto d’André Jolivet, le Concerto pour piano à queue d’André Jolivet et le Concerto pour piano à queue d’André Jolivet. 1 , Concerto d’ébène d’Igor Stravinsky Concerto pour trompette d’André Jolivet L’introduction du jazz dans la musique moderne est également le fait de musiciens de jazz, comme George Gershwin et sa Rhapsody in Blue ou le compositeur gallois Karl Jenkins avec le Massacre de l’homme armé .

Cependant, les saxophones, qui sont les instruments les plus essentiels de l’orchestre de jazz, ne conviennent pas aux orchestres de musique symphonique en raison de leur timbre riche et de leurs harmoniques élevées. Cela empêche les orchestres symphoniques de les considérer comme des membres à part entière. En fait, dans les orchestres symphoniques, les saxophonistes sont sous contrat. En ce début de XXIe siècle, cette entrée du jazz dans les œuvres classiques du XXe siècle ressemble davantage à une expérience ou à une recherche sporadique d’une couleur ou d’une ambiance particulière, qu’à une influence durable sur l’art classique.

Le jazz est, à travers le blues et le rythme, au cœur de la grande majorité de la musique populaire du 20e siècle. 20e siècle : rock, pop, funk, etc.

Dans la littérature

De nombreux auteurs ont utilisé des musiciens ou des chansons de jazz dans leurs œuvres. Boris Vian, grand amateur de jazz, membre du Hot Club de France et lui-même trompettiste, a une référence au jazz dans une majorité de ses écrits.

Le personnage du roman L’Ecume des jours (1947), Chloé, a été nommé en l’honneur de l’air de jazz classique de Duke Ellington, Chloé (Song of the Swamp), dont Vian était un grand fan. Les personnages de ses romans étaient souvent invités dans des clubs de jazz et les noms des compositeurs, des jazzmen et des mélodies sont souvent mentionnés. Vian a également participé à la rédaction de la revue Jazz Hot et a également écrit des émissions radiophoniques de jazz en anglais pour le public américain (Jazz in Paris).

Des auteurs comme Simone de Beauvoir, Françoise Sagan, Truman Capote et Michel Leiris, en décrivant l’atmosphère des clubs de jazz new-yorkais ou parisiens, se sont fait l’écho de la vitalité de la musique de jazz dans l’après-guerre.

Georges Perec mentionne également Coltrane dans Un homme qui dort.

Dans les arts picturaux

Les couleurs et les rythmes du jazz, ainsi que l’atmosphère des clubs de jazz, ont inspiré des photographes, des sculpteurs et des peintres. Piet Mondrian, dans ses dernières peintures, a tenté de capturer l’énergie du boogie-woogie et du swing. Henri Matisse a publié en 1947 un livre de gouaches découpées intitulé Jazz. Bien que les dessins ne soient pas spécifiquement liés au jazz (ils portent plutôt sur le théâtre et le cirque), Matisse se reconnaît dans la manière dont il aborde le jazz et l’improvisation.

Nicolas de Stael a peint plusieurs tableaux représentant des jazzmen ou des clubs de jazz. Amoureux de Sidney Bechet, dont il aimait le jazz “coloré”, il peint deux toiles pour honorer sa mémoire qu’il nomme Les Musiciens à la mémoire de Sidney Bechet(1952-1953). L’image de Bechet jouant de sa clarinette, vêtu d’un costume de couleur sombre, est évidente dans la partie droite du tableau. Bechet est peut-être accompagné par le clarinettiste français Claude Luter. Dans les deux tableaux, les couleurs sont vives (jaune et rouge) pour symboliser l’énergie et le rythme du jazz.

Le jazz est un motif commun dans l’art de Jean-Michel Basquiat (1960-1988) et a été la source d’inspiration de son travail. Il déclare dans une interview que “le bebop est sa musique préférée” et que son artiste de jazz préféré est Miles Davis. Basquiat écrit et dessine la toile de manière “syncopée”, dans le style du scat et de l’improvisation. Dans son tableau Grain Alcohol (1983), Basquiat fait référence aux jazzmen en utilisant des codes : MLSDVS désigne Miles Davis, DZYGLPSE pour Dizzy Gillespie et MX RCH pour Max Roach. Basquiat dédie également ses œuvres à des musiciens de manière spécifique : Charles the First (1982) à Charlie Parker, Lye (1983) à Nat King Cole, ou encore In the Wings (1986) à Lester Young.

L’œuvre de l’artiste Sacha Chimkevitch (1920-2006) est également influencée par le jazz. Créateur d’un certain nombre d’affiches de festivals, il a peint des portraits de légendes du jazz, comme Charlie Parker, Duke Ellington et Erroll Garner.

influence Jazz - Cinema

Dans le cinéma

De nombreux films ont pour thème principal le jazz ou les musiciens de jazz. Le premier film à figurer dans l’histoire du cinéma est Le chanteur de jazz, sorti en 1927, qui raconte l’histoire d’un pianiste juif qui tente de devenir un musicien de jazz célèbre en se déguisant en noir. Les jazzmen et les groupes de jazz figurent souvent dans les films, comme Paul Whiteman dans Jazz Magic (1930) ou Lester Young dans Jammin’ the Blues (1944). Paris Blues documente la vivacité de la scène jazz parisienne à la fin des années 1950 et le documentaire L’Aventure du jazz (1969-72) de Louis Panassie présente plus de 130 musiciens ainsi que Louis Armstrong et Duke Ellington. Le documentaire Whiplash de 2014 fait partie des très rares films à inclure des tambours de jazz.

En outre, un certain nombre de biographies de stars du jazz ont été créées. James Stewart a joué le rôle de Glenn Miller dans Unfinished Romance (1954) d’Anthony Mann, et la chanteuse Diana Ross a joué le rôle de Billie Holiday dans Lady Sings the Blues. Bertrand Tavernier a réalisé en 1987 Around Midnight qui retrace la vie du saxophoniste Lester Young et du pianiste Bud Powell de manière romancée. En 1988, Clint Eastwood réalise Bird, un biopic sur le saxophoniste Charlie Parker, avec Forest Whitaker dans le rôle principal. La même année, Eastwood produit un documentaire de Charlotte Zwerin sur Thelonious Monk, Thelonious Monk : Straight, No Chaser. Le documentaire Ray (2004) est un portrait du pianiste Ray Charles, un personnage majeur dans le monde de la musique noire américaine qui possède un large éventail de genres musicaux (le jazz cependant, ainsi que le blues, le rhythm and blues et la soul). Un documentaire a été consacré à Michel Petrucciani en 2011. L’acteur Don Cheadle devrait incarner Miles Davis dans Miles Ahead dont la sortie est prévue en 2015, et dont la musique est composée par Herbie Hancock, une autre légende du jazz.

Le jazz est également présent dans les bandes originales de divers films dont le sujet principal n’est pas la musique. On le retrouve partout dans les films de Woody Allen, lui-même clarinettiste de jazz. La Rhapsody in Blue de George Gershwin est le sujet le plus notable du film Manhattan (1979). Allen a également réalisé un faux documentaire sur la guitare de jazz intitulé “Accords et désaccords” (1999). L’animateur Norman McLaren a réalisé plusieurs courts métrages expérimentaux basés sur la musique de jazz, dont Caprice in Color (1949), qui utilise le répertoire pour piano d’Oscar Peterson.

Apprendre à jouer du jazz

Apprendre à jouer du jazz peut être compliqué si vous ne savez pas où commencer. Si vous souhaitez pouvoir jouer du jazz c’est que ce style de musique représente quelque chose d’important pour vous. Il faudra définir dans un premier temps de quel instrument vous souhaitez apprendre à jouer : piano ? Guitare ? Batterie ? Ou alors du saxophone ? En fonction de cela nous serons en mesure de vous donner accès à l’enseignement avec les meilleures ressources et cours pour progresser sur le jazz en ligne simplement !

Apprendre à jouer du Jazz

Foire aux questions