Le génie du fretless : Jaco Pastorius

Article publié le

Article écrit par Noah Deacon

Guitaristes - Jaco Pastorius

“Jaco” , de son vrai nom “John Francis Pastorius III”, est le premier des trois fils de John Francis Pastorius II et Stephanie Katherine Haapala Pastorius. Il avait des ancêtres finlandais, allemands, suédois et irlandais. Bien que “Jaco” soit né à Norristown, en Pennsylvanie, la famille a ensuite déménagé à Fort Lauderdale. Jaco a eu commme école pour l’école primaire et le collége : l’école catholique St. Clement à Wilton Manors. Dans cette école, il a été enfant de cœur, ainsi qu’à l’église voisine. Il est allé au lycée à Northeast High à Oakland Park. C’était un athlète talentueux, doué pour le football, le basket-ball et le base-ball, et il a appris la musique très tôt. Il a pris le nom d'”Anthony” lors de sa confirmation.

Il aimait le basket et regardait souvent le basket avec son père, dont le surnom était “Jack”. Le surnom de Jaco a été influencé par son amour du sport et aussi par l’arbitre Jocko Conlan. Il a changé l’orthographe de “Jocko” en “Jaco” après que le pianiste Alex Darqui lui ait conseillé. Darqui, qui était français, supposait que le nom s’écrivait “Jaco” et ce dernier a changé, car il aimait bien.

D’abord batteur, suivant les traces de son père, le batteur de stand-up Jack Pastorius, “Jaco” passe à la basse à l’âge de 15 ans, après s’être blessé au poignet. Vers 1970, il a commencé à jouer dans un groupe de neuf cuivres appelé Las Olas Brass, qui reprenait des morceaux populaires de l’époque d’Aretha Franklin, Otis Redding, Wilson Pickett, James Brown et le Tijuana Brass.

Influences

Ses influences musicales incluent James Jamerson, James Brown, les Beatles, Miles Davis et Stravinsky. D’autres influences musicales incluent : Jimi Hendrix, Duke Ellington, Charlie Parker, Paul Hindemith, Frank Sinatra, Tony Bennett, The Band, Santana, Frank Zappa, Bob Marley, Rocco Prestia, Tommy Cogbill, Ray Charles, Charles Mingus, John Coltrane, Otis Redding, James T. Doggington, Cannonball Adderley et Jerry Jemmott.

Carrière musicale

Il a joué de la musique pendant toute sa jeunesse, s’inspirant d’influences telles que Jerry Jemmott, James Jamerson, Paul Chambers, Harvey Brooks et Tommy Cogbill, et affinant ses compétences et développant ses prouesses de compositeur dans des groupes tels que Wayne Cochran et The C.C. Riders. Il a également joué sur divers disques locaux de R&B et de jazz à cette époque, comme Ira Sullivan’s Quintet et Woodchuck. En 1974, il commence à jouer avec son ami et futur célèbre guitariste de jazz Pat Metheny. Ils enregistrent ensemble, d’abord avec Paul Bley comme leader et Bruce Ditmas à la batterie, puis avec le batteur Bob Moses. Metheny et Jaco enregistrent un album de fusion intitulé Bright Size Life.

En 1975, Pastorius rencontre le batteur de Blood, Sweat and Tears, Bobby Colomby, qui a reçu le feu vert de CBS Records pour trouver de “nouveaux talents” pour leur division jazz. À cette époque, il avait rencontré le claviériste Joe Zawinul à Miami, en Floride, où son groupe, Weather Report, jouait. Selon Zawinul, Jaco s’est approché de lui après un concert la nuit précédente et a parlé de la performance et du fait que c’était “bien” mais qu’il “s’attendait à plus”.

Premier Album de Pastorius

Le premier album de Pastorius, produit par Colomby et intitulé Jaco Pastorius (1976), est une percée pour la basse électrique. Beaucoup considèrent qu’il s’agit du meilleur album de basse jamais enregistré ; lorsqu’il a explosé sur la scène du jazz, il a été instantanément reconnu comme un classique. L’album s’enorgueillit également d’un groupe de poids lourds de la communauté du jazz de l’époque : Herbie Hancock, David Sanborn, Lenny White, Don Alias et Michael Brecker, entre autres. Même les légendaires vedettes du R&B, Sam et Dave, se sont réunis pour apparaître sur l’un des titres, Come On, Come Over.

Pastorius au sommet du Jazz

Peu après la sortie de l’album, Jaco fait des apparitions sur des disques de toute la toile du jazz, (l’album solo de Ian Hunter de Mott The Hoople, l’album Hejira de Joni Mitchell, et l’album solo d’Al Di Meola sont les plus remarquables, tous sortis en 1976). Peu après, Pastorius est invité à rejoindre le groupe de fusion Weather Report, où il joue aux côtés de Joe Zawinul et Wayne Shorter jusqu’en 1982. C’est avec Weather Report que Pastorius a laissé sa marque indélébile sur la musique de jazz, en participant à l’un des albums de jazz les plus populaires de tous les temps, Heavy Weather, nommé aux Grammy Awards. Non seulement cet album met en valeur le jeu de basse époustouflant de Jaco, mais il est également co-produit avec Joe Zawinul et joue même de la batterie sur l’album Teen Town qu’il a lui-même composé.

Au cours de sa carrière musicale, Pastorius a participé à des dizaines de sessions d’enregistrement pour d’autres musiciens, qu’ils appartiennent ou non au monde du jazz. Parmi les plus notables, citons quatre albums très appréciés de la célèbre chanteuse et auteure-compositrice Joni Mitchell : Hejira (1976), Don Juan’s Reckless Daughter (1977), Mingus (1979) et l’album live Shadows and Light (1980). C’est sur Hejira que son influence est la plus dominante, et de nombreuses chansons de cet album semblent avoir été composées en utilisant la basse comme source d’inspiration mélodique.

Au moment où il se sépare amicalement de Weather Report au début de l’année 1982, Jaco s’était déjà intéressé à la création d’un projet solo de Big Band, qui a fait ses débuts sur son deuxième album solo, distribué par Warner Brothers, Word of Mouth (qui était également le nom du Big Band). Tout comme son premier album en 1976, Word of Mouth a bénéficié de la participation de plusieurs musiciens de jazz de renom ; Herbie Hancock apparaît à nouveau ici, tout comme Wayne Shorter et Peter Erskine, deux anciens de Weather Report, et d’autres légendes comme le virtuose de l’harmonica Toots Thielemans et Hubert Laws.

L’écriture des chansons sur Word of Mouth a quelque peu éclipsé son jeu de basse et a vraiment ouvert les yeux de beaucoup de gens qui pensaient que ses prouesses se limitaient à la basse électrique. Sa production et sa capacité à réunir un projet qui a été enregistré sur les deux côtes des États-Unis étaient vraiment étonnantes.

Il fait une tournée en 1982, dont le point culminant est un passage au Japon (et c’est à cette époque que des histoires bizarres sur la détérioration du comportement de Jaco font surface). Cette tournée est sortie au Japon sous le nom de Twins I et Twins II et a été condensée pour une sortie américaine connue sous le nom de Invitation.

Le comportement de Pastorius pose problème

Son comportement de plus en plus erratique commence à affecter sa carrière musicale, et il est finalement abandonné par Warner Brothers. En 1984, le Word of Mouth Big Band s’est également séparé. Il réussit à enregistrer un troisième album solo, qui se limite à quelques bandes de démo non finies, un album teinté de steel pans intitulé Holiday for Pans, qui le montre une fois de plus comme un compositeur et un producteur plutôt que comme un bassiste. (Note historique : il s’avère que Jaco n’a même pas joué les parties de basse sur le bootleg. Quelques années après sa mort, le bassiste Kenny Burrell Jr. a avoué avoir fait le coup). Jaco n’a pas trouvé de distributeur pour l’album et celui-ci n’est jamais sorti, mais il a été largement piraté depuis. (En 2003, un extrait de Holiday for Pans, intitulé Good Morning Anya, a été inclus dans l’anthologie Punk Jazz de Rhino Records).

Vers la fin de sa carrière, il a participé à des sorties discrètes d’artistes de jazz tels que le guitariste Mike Stern, le guitariste manouche Bireli Lagrene et le batteur Brian Melvin.

Instruments et technique

Pastorius était surtout identifié par son utilisation de deux Fender Jazz Bass bien usagées du début des années 1960 : Une Fretted de 1960, et une Fretless de 1962. Le fretless était à l’origine une basse frettée, dont il a retiré les frettes et utilisé du mastic pour remplir les rainures où se trouvaient les frettes, ainsi que les trous créés là où des morceaux de la touche avaient été retirés. Jaco a ensuite poncé la touche et appliqué plusieurs couches d’époxy marine (Poly- poxy de Petit) pour empêcher les cordes rondes Rotosound RS-66 qu’il utilisait de ronger le bois nu. Même s’il jouait fréquemment de la basse frettée et de la basse sans frette, il préférait la basse sans frette, car il considérait que les frettes étaient une gêne, les qualifiant même de “ralentisseurs”.

Le “Jaco growl” est obtenu en utilisant exclusivement le micro du chevalet et en pinçant les cordes près de celui-ci. De plus, Jaco utilisait les commandes d’égalisation “Variamp” de ses deux amplificateurs Acoustic 360 (fabriqués par Acoustic Control Corporation de Van Nuys, Californie) pour augmenter les fréquences moyennes, accentuant ainsi le grondement naturel de sa combinaison de cordes rondes et de sa Fender Jazz Bass passive sans frettes. Sa sonorité était également colorée par l’utilisation d’un effet chorus (un dispositif de modification du son hors-bord similaire à un déphaseur) qui donnait un léger effet de doublage, et par l’utilisation d’un amplificateur de basse original de marque Acoustic. Il utilisait souvent la commande de fuzz intégrée à l’Acoustic 361. D’autres effets qu’il utilisait en direct étaient son octaver (une pédale d’effet hors-bord qui fournit un second son une octave plus bas) et sa pédale d’échantillonnage MXR que l’on peut entendre sur son spot solo en direct avec Weather Report, Slang (Jaco met en boucle un court extrait de jeu, puis joue un solo par-dessus).

Pastorius utilisait des harmoniques naturelles et artificielles/fausses pour étendre la gamme de la basse (illustré dans le solo de basse Portrait of Tracy de son album éponyme) et pouvait obtenir un son semblable à celui d’un cor grâce à sa technique de jeu. Ses deux basses Fender ont été volées peu avant son entrée à l’hôpital Bellevue en 1986 ; elles n’ont jamais été retrouvées. Jaco a également fait fabriquer deux basses Jaydee peu avant sa mort, une frettée et une fretless.

Problèmes de santé et décès

Entre le début et le milieu des années 1980, Pastorius a commencé à avoir des problèmes de santé mentale, notamment des symptômes de maniaco-dépression. Ces problèmes sont aggravés par une forte consommation de drogues et d’alcool. Bien que ses frasques sur scène et hors scène soient déjà bien documentées, ses problèmes de santé mentale et de toxicomanie exacerbent son comportement inhabituel et souvent bizarre, et ses performances musicales en souffrent également.

Pendant cette période, il a joué dans divers numéros en solo et dans de nombreuses boîtes de nuit à Fort Lauderdale et à New York. Il est devenu un paria dans le monde de la musique. Sa dernière adresse de son vivant est Holiday Park à Fort Lauderdale. Après s’être faufilé sur la scène d’un concert de Carlos Santana le 11 septembre 1987, il a été expulsé des lieux et s’est rendu au Midnight Bottle Club à Wilton Manors, en Floride. Ce qui s’est passé ensuite est entouré de divergences. Certains disent qu’il a essayé de défoncer la porte vitrée après s’être vu refuser l’entrée, d’autres disent qu’il n’a absolument rien fait et n’a rien fait pour mériter son sort. Quoi qu’il en soit, il s’est retrouvé dans une violente confrontation avec le videur du club, Luc Havan, qui était formé aux arts martiaux. Pastorius a été hospitalisé avec de multiples fractures faciales et une défiguration horrible de son visage, y compris la perte probable de son œil droit, et a subi des dommages cérébraux irréversibles. Il est tombé dans le coma et a été placé sous assistance respiratoire. Des signes de plus en plus nombreux indiquaient une mort cérébrale et sa famille a décidé de le débrancher. Après le retrait du respirateur artificiel, son cœur a continué à battre pendant trois heures. Pastorius meurt le 21 septembre 1987, à l’âge de 35 ans, au Broward General Medical Center de Fort Lauderdale.

À la suite de sa mort, Havan a été accusé de meurtre au second degré et a été jugé. Cependant, Havan n’a finalement purgé que quatre mois pour ce crime.

Jaco est enterré au cimetière Our Lady Queen of Heaven à North Lauderdale.

Notez cet article

Laisser un commentaire

Je suis Noah, un simple passionné de jazz qui a découvert ce genre musical en école de musique pendant mes cours d’histoire du jazz. J’ai commencé par regarder la complexité des partitions lorsque ce n’était pas de l’improvisation.
Jazz > Artistes de Jazz > Les bassistes de Jazz > Le génie du fretless : Jaco Pastorius