Sarah Vaughan : La voix d’or de la jazz

Article publié le

Article écrit par Noah Deacon

Chanteur - Sarah Vaughan

Dans les années 1940, alors que la plupart des chanteuses faisaient partie des big bands en tant qu’attractions scéniques plutôt qu’en tant que membres légitimes d’ensembles de jazz, Sarah Vaughan, ainsi que sa prédécesseure Ella Fitzgerald, ont contribué à élever le rôle de la chanteuse au même niveau que celui de l’instrumentiste de jazz. Femme connue pour ses nombreuses vicissitudes, la personnalité franche et l’éloquence artistique de Sarah Vaughan lui ont valu les noms de “Sassy” et de “The Divine One”. Pianiste de talent, elle a rejoint les rangs du mouvement bebop des années 1940 et est devenue, en tant que membre des groupes Earl Hines et Billy Eckstine, l’une de ses plus célèbres chanteuses. Son registre vocal dynamique, son sens harmonique sophistiqué et son phrasé proche du cor lui ont permis de vendre des millions de disques et de mener une carrière scénique et discographique qui a duré une demi-décennie.

Sarah Lois Vaughan est née le 27 mars 1924 à Newark (New Jersey), fille d’Asbury et d’Ada Vaughan. Dans sa jeunesse, elle prend des leçons de piano et fréquente l’église baptiste de Mount Zion, où elle est claviériste. À la maison, Vaughan jouait du piano droit familial et écoutait les enregistrements des artistes de jazz Count Basie et Erskine Hawkins. Après avoir découvert les nombreux théâtres et cinémas de Newark, elle sèche l’école et quitte la maison le soir pour assister à des spectacles de danse et de théâtre. À 15 ans, elle se produit dans les clubs locaux, jouant du piano et chantant.

Peu de temps après, Vaughan prend le train pour traverser la rivière et se rendre à Harlem pour fréquenter le Savoy Ballroom et l’Apollo Theatre. Un soir, en 1943, elle assiste au spectacle amateur de l’Apollo, une compétition féroce qui expose souvent les petits talents à la critique sévère du public du théâtre. L’interprétation émouvante de Vaughan sur “Body and Soul” n’a pas seulement provoqué une fièvre d’applaudissements de la part de la foule, elle a également attiré l’attention du chanteur Billy Eckstine. Eckstine informe son chef d’orchestre Earl “Fatha” Hines de la présence du jeune chanteur. Hines permet alors à Vaughan d’assister à la répétition de l’orchestre dans les quartiers chics. Lors de cette répétition, le chant de Vaughan est immédiatement salué par Hines et ses musiciens. L’un des premiers big bands modernes de l’époque, l’ensemble de Hines comprend des talents tels que les trompettistes Dizzy Gillespie et Fats Navarro, le saxophoniste Charlie Parker et le tromboniste J. J. Johnson. Seule femme du groupe, Vaughan partage la vedette vocale avec Eckstine et joue du piano, souvent en duo avec Hines. Vaughan fait ses débuts à l’Apollo avec le groupe de Hines le 23 avril 1943.

Peu de temps après, la plupart des sidemen modernistes de Hines, dont Gillespie, Parker et Eckstine, quittent progressivement le groupe. Vaughan reste brièvement dans l’orchestre de Hines jusqu’à ce qu’elle accepte une invitation à rejoindre le big band bebop nouvellement formé par Eckstine en 1944. En décembre de cette année-là, elle enregistre sa première face “I’ll Wait and Pray”, soutenue par le groupe d’Eckstine, qui comprenait Dizzy Gillespie, les saxophonistes Dexter Gordon et Gene Ammons, et le pianiste John Malachi.

Grâce à l’intercession de l’écrivain et pianiste de jazz Leonard Feather, Vaughan enregistre sa première date en tant que leader pour le petit label Continental. Sous la production de Feather, Vaughan et ses All-Stars participent à leur session le soir du Nouvel An 1944. Agissant en tant que producteur et pianiste de la session, Feather a rassemblé des sidemen tels que Dizzy Gillespie et le saxophoniste Georgie Auld pour couper quatre faces : “Lors d’une deuxième session, Feather confie le piano à Nat Jaffe et réunit Gillespie et Charlie Parker.

Après un séjour de près d’un an avec Eckstine, Vaughan quitte le groupe. À l’exception d’un travail avec le sextet du bassiste et tromboniste John Kirby durant l’hiver 1945, elle se produit en solo. Le 11 mai 1945, elle enregistre “Lover Man” avec Dizzy Gillespie et Charlie Parker. En octobre 1945, Vaughan signe avec le label Musicraft et, le même mois, enregistre pour ce label avec le groupe du violoniste de jazz Stuff Smith. Son enregistrement Musicraft de 1946 de “If You Could See Me Now” de Tadd Dameron est considéré comme un classique moderne. Elle a également enregistré avec les groupes de Dickie Wells et Georgie Auld.

Saluée par le magazine Metronome comme “l’influence de l’année” en 1948, Vaughan accède à la célébrité du jazz. L’année suivante, elle signe un contrat de cinq ans avec Columbia et enregistre son classique “Black Coffee” avec l’orchestre de Joe Lippman – un numéro qui se hisse à la treizième place du hit-parade pop de Billboard. Pour Columbia, elle enregistre dans divers cadres et participe à deux sessions qui donneront naissance aux albums “Summertime”, avec le groupe de Jimmy Jones, et “Sarah Vaughan in Hi-Fi”, tous deux avec le trompettiste Miles Davis. Vaughan se présente désormais comme une chanteuse pop capable d’interpréter des ballades populaires dans un style direct, le son doux et sulfureux de sa voix se déployant avec un effet hypnotique, évoluant avec aisance entre ses registres de soprano et de contralto. L’année suivante, Vaughan effectue son premier voyage en Europe. Pendant son séjour en Angleterre, elle chante devant un public enthousiaste au Royal Albert Hall.

En 1954, Vaughan signe un contrat avec le label Mercury et enregistre de nombreuses faces, principalement dans des cadres orchestraux. En décembre de la même année, son trio – le pianiste Jimmy Jones, le bassiste Joe Benjamin et le batteur Roy Haynes – se joint au jeune talent de 24 ans Clifford Brown à la trompette, au saxophoniste Paul Quinichette et au flûtiste Herbie Mann pour enregistrer le LP Sarah Vaughan with Clifford Brown. Entourée de musiciens de premier ordre sensibles à son talent vocal, Vaughan a produit un album qui, comme l’a écrit l’auteur des notes du disque original, “Il est douteux que quiconque, y compris Sarah elle-même, soit en mesure de trouver une représentation plus satisfaisante de son travail ou un cadre musical plus approprié que ceux offerts dans ce disque. Ces faces seront certainement classées parmi les plus grandes réussites de sa décennie en tant qu’artiste discographique”.

Lors d’un passage au night-club Mr. Kelly’s de Chicago en août 1957, Vaughan enregistre un album live avec son trio : le pianiste Jimmy Jones, le bassiste Richard Davis et le batteur Roy Haynes. L’année suivante, elle enregistre avec le pianiste Ronnell Bright avec le Count Basie Band et participe à une session à Paris sous la direction du chef d’orchestre Quincy Jones, publiée sur le LP Mercury “Vaughan and Violins”.

En 1958, Vaughan gagnait un revenu annuel de 230 000 $. En juillet de l’année suivante, elle obtient son premier succès millionnaire, “Broken Hearted Melody”, avec le Ray Ellis Orchestra. Succès auprès du public noir et blanc, “Broken Hearted Melody”, qui a été nominé pour un Grammy Award, a atteint la cinquième place du hit-parade R&B pop.

Lorsque le contrat de Vaughan avec Mercury prend fin à l’automne 1959, elle signe avec Roulette Records et devient, au cours des années suivantes, l’une des plus grandes stars du label. Ses sessions de 1960 pour Roulette comprennent “The Divine One”, arrangé par Jimmy Jones et une session avec le Count Basie Band, avec des talents tels que les trompettistes Thad Jones et Joe Newman et les saxophonistes Frank Foster et Billy Mitchell. En duo avec le chanteur Joe Williams, la session avec le Basie Band a produit les faces “If I Were a Bell” et “Teach Me Tonight”.

Plusieurs arrangements enregistrés avec le Basie Band en janvier 1961 ont été réunis dans l’album “Sarah Vaughan and Count Basie”. Vaughan signe à nouveau avec Mercury en 1963. Dans les années 60, elle enregistre avec les ensembles de Benny Carter, Quincy Jones et Gerald Wilson. Ses accompagnateurs en trio comprennent les pianistes Roland Hanna et Bob James. Vaughan fait ses débuts sur le label Mainstream avec le LP “A Time in Life” en 1971. Sur son enregistrement live de 1977 au Ronnie Scott’s dans le quartier de Soho à Londres, Vaughan produit un classique avec son interprétation de “Send in the Clowns”.

En 1978, elle enregistre un album soutenu par le pianiste Oscar Peterson, le guitariste Joe Pass, le bassiste Ray Brown et le batteur Louie Bellson. Enregistrée avec une formation de stars, elle consacre deux albums, en 1979, à la musique de Duke Ellington, “Duke Ellington Songbook One” et “Duke Ellington Songbook Two”. Bien qu’elle ait été nominée plusieurs fois aux Grammy Awards, notamment pour son album “I Love Brazil” en 1979, Vaughan ne remporte son premier Grammy qu’en 1982 pour “Gershwin Live”.

Tout au long des années 1980, Vaughan enregistre sur le label Pablo, souvent avec les artistes vedettes du label, Count Basie, Oscar Peterson et Dizzy Gillespie. Comme elle l’a dit à Max Jones dans Talking Jazz : ” Maintenant que j’y suis depuis si longtemps, vous savez, je peux travailler avec qui je veux. J’ai davantage mon mot à dire sur les emplois que je fais et sur la façon dont je veux les faire.” Lors d’un voyage au Brésil en 1987, elle a enregistré l’album de CBS “Brazilian Romance”, et s’est ensuite produite à un festival à Rio de Janeiro. Sur son dernier enregistrement, l’album “Back on the Block” de Quincy Jones en 1989, elle chante avec Ella Fitzgerald sur l’introduction de “Birdland”. En février de la même année, elle reçoit un Grammy Award pour l’ensemble de sa carrière.

Infatigable interprète sur scène et doté d’une belle voix, Vaughan montre peu de signes de diminution artistique. En dehors de la scène, cependant, les membres du groupe commencent à remarquer le ralentissement de sa démarche et son manque de souffle. Diagnostiquée d’un cancer du poumon, elle meurt le 4 avril 1990.

Les artistes et critiques de jazz ont décrit Sarah Vaughan comme une innovatrice musicale dont la voix atteignait le niveau des meilleurs instrumentistes de jazz. Betty Carter a raconté comment “Sarah Vaughan a pris ces mélodies et en a fait quelque chose. Elle a ouvert la porte pour faire tout ce que vous vouliez avec une mélodie”. Depuis ses premières apparitions sur la scène du jazz au début des années 1940 jusqu’à sa mort, la voix de Vaughan est devenue un modèle d’excellence et une source d’inspiration pour ceux qui s’aventurent à dépasser le rôle d’amuseur vocal populaire pour atteindre le domaine supérieur de l’art musical.

Sarah Vaughan a reçu de son vivant un Emmy Award, pour sa réussite individuelle, en 1981 ; un Grammy Award pour la meilleure chanteuse de jazz, en 1982 ; une étoile sur le Hollywood Walk of Fame, en 1985 ; un Grammy Award, pour l’ensemble de sa carrière, en 1989.

Notez cet article

Laisser un commentaire

Je suis Noah, un simple passionné de jazz qui a découvert ce genre musical en école de musique pendant mes cours d’histoire du jazz. J’ai commencé par regarder la complexité des partitions lorsque ce n’était pas de l’improvisation.
Jazz > Artistes de Jazz > La liste complète des meilleurs chanteurs de Jazz > Sarah Vaughan : La voix d’or de la jazz