Nina Simone : une voix pour l’émancipation

Article publié le

Article écrit par Noah Deacon

Chanteur - Nina Simone

La Grande Prêtresse –

Eunice Waymon est née à Tryon, en Caroline du Nord, sixième de sept enfants dans une famille pauvre. L’enfant prodige joue du piano dès l’âge de quatre ans. Grâce à l’aide de son professeur de musique, qui a créé le “Fonds Eunice Waymon”, elle a pu poursuivre son éducation générale et musicale. Elle étudie à la Julliard School of Music de New York.

Pour soutenir financièrement sa famille, elle commence à travailler comme accompagnatrice. Au cours de l’été 1954, elle accepte un emploi dans un bar irlandais à Atlantic City, dans le New Jersey. Le propriétaire du bar lui dit qu’elle doit aussi chanter. Sans avoir le temps de réaliser ce qui se passait, Eunice Waymon, qui avait été formée pour devenir une pianiste classique, est entrée dans le show-business. Elle changea son nom en Nina (“petite”) Simone (“d’après l’actrice française Simone Signoret”).

À la fin des années 50, Nina Simone enregistre ses premiers titres pour le label Bethlehem. Ceux-ci sont encore de remarquables démonstrations de ses talents de pianiste, chanteuse, arrangeuse et compositrice. Des chansons comme Plain Gold Ring, Don’t Smoke In Bed et Little Girl Blue deviennent rapidement des standards de son répertoire.

Une chanson, I Loves You, Porgy, tirée de l’opéra “Porgy and Bess”, devient un succès et la chanteuse de night-club devient une star, se produisant au Town Hall, au Carnegie Hall et au Newport Jazz Festival. Dès le début de sa carrière, son répertoire comprend des standards de jazz, du gospel et des spirituals, de la musique classique, des chansons folkloriques d’origines diverses, du blues, de la pop, des chansons de comédies musicales et d’opéras, des chants africains ainsi que ses propres compositions.

Combinant le contrepoint bachique, l’approche improvisée du jazz et les modulations du blues, son talent ne pouvait plus être ignoré. D’autres caractéristiques de l’art de Simone sont : son timing original, sa façon d’utiliser le silence comme élément musical et son jeu de scène souvent discret, assis au piano et faisant évoluer l’humeur et le climat de ses chansons par quelques accords.

Parfois, sa voix passe de l’obscurité et de la crudité à la douceur et à la gentillesse. Elle fait des pauses, crie, répète, chuchote et gémit. Parfois, le piano, la voix et les gestes semblent être des éléments séparés, puis, d’un seul coup, ils se rejoignent. Ajoutez à cela toute la façon dont elle envoûte un public, et vous avez quelques-uns des éléments qui font de Nina Simone une artiste unique.

Lorsque quatre enfants noirs ont été tués dans l’attentat à la bombe contre une église de Birmingham en 1963, Nina a écrit Mississippi Goddam, une accusation amère et furieuse de la situation de son peuple aux États-Unis. L’approche émotionnelle forte de cette chanson et des autres qui figurent sur son premier disque Philips (“Nina Simone In Concert”), deviendra une autre caractéristique de son art. Elle utilise sa voix au timbre remarquable et son jeu de piano soigné pour atteindre son objectif artistique : exprimer l’amour, la haine, le chagrin, la joie, la solitude – toute la gamme des émotions humaines – par la musique, de manière directe.

Un moment, elle est l’actrice qui transforme une chanson de Kurt Weill-Bertold Brecht dans le rôle de Pirate Jenny en grand théâtre, puis, après une série de chansons de protestation, elle chantera en français la fragile chanson d’amour Ne Me Quitte Pas de Jacques Brel.

Bien que Nina ait été surnommée la “grande prêtresse de la soul” et qu’elle ait été respectée par les fans et les critiques comme une figure mystérieuse, presque religieuse, elle était aussi souvent incomprise. Lorsqu’elle a écrit Four Women en 1966, une complainte amère sur quatre femmes noires dont les circonstances et les perspectives sont liées à de subtiles gradations de la couleur de la peau, la chanson a été interdite sur les stations de radio de Philadelphie et de New York car “elle était insultante pour les Noirs…”.

La grande prêtresse empruntera différents chemins pour trouver la musique adéquate pour diffuser son message. Son premier album RCA, “Nina Simone Sings The Blues”, comprend ses propres chansons I Want A Little Sugar In My Bowl, Do I Move You, une version obsédante de My Man’s Gone Now (toujours tirée de “Porgy & Bess”) et la chanson de protestation Backlash Blues, basée sur un poème écrit pour elle par Langston Hughes.

Son répertoire comprend davantage de chansons sur les droits civiques : Why ? The King of Love is Dead, qui évoque la tragédie de l’assassinat du Dr Martin Luther King, Brown Baby, Images (d’après un poème de Waring Cuney), Go Limp, Old Jim Crow, … Une chanson, To be Young, Gifted and Black, inspirée de la pièce du même titre de Lorraine Hansberry, est devenue l’hymne national noir aux États-Unis.

Elle surprend même ses fans les plus dévoués avec un album sur lequel elle chante et joue seule. “Nina Simone And Piano !”, une collection introspective de chansons sur la réincarnation, la mort, la solitude et l’amour, reste un moment fort de sa carrière discographique.

Son don pour donner des dimensions nouvelles et plus profondes aux chansons s’est traduit par des versions remarquables de Ain’t Got No / I Got Life (de la comédie musicale “Hair”), de Suzanne de Leonard Cohen, de chansons des Bee Gees comme To Love Somebody, du classique My Way fait dans un tempo doublé aux bongos, de Just Like Tom Thumb’s Blues et de quatre autres chansons de Bob Dylan. Ce don culmine sur son disque “Emergency Ward” : elle installe une atmosphère qui ne laisse aucune illusion et aucune échappatoire, en interprétant deux longues versions de chansons de George Harrison : My Sweet Lord (à laquelle elle ajoute un poème de David Nelson, Today is a Killer) et Isn’t it a Pity.

Mais Nina tente quand même de s’échapper. Elle avait le sentiment d’avoir été manipulée. Dégoûtée par les maisons de disques, le show-business et le racisme, elle quitte les États-Unis en 1974 pour la Barbade. Au cours des années suivantes, elle a vécu au Liberia, en Suisse, à Paris, aux Pays-Bas et enfin dans le sud de la France, où elle réside toujours. En 1978, un nouveau disque très attendu est sorti, “Baltimore”, contenant l’interprétation définitive de My Father de Judy Collins et un hypnotisant Everything Must Change.

L’album suivant, “Fodder On My Wings”, enregistré à Paris en 1982, est basé sur son “exil” des Etats-Unis. Plus que jamais déterminée à faire sa propre musique, Nina écrit, adapte et arrange les chansons, joue du piano et du clavecin et chante en anglais et en français. La réédition en CD de cet album en 1988 comprenait quelques titres bonus, par exemple son extraordinaire version de Alone Again Naturally, évoquant la mort de son père.

En 1984, un de ses concerts au Ronnie Scott’s de Londres a été filmé, ce qui a donné lieu à une vidéo captivante, avec Paul Robinson à la batterie. Une chanson de son tout premier disque, My Baby Just Cares For Me, devient un énorme succès et “Nina’s Back” n’est pas seulement le titre d’un nouvel album ; ses concerts l’emmèneront à nouveau dans le monde entier.

En 1989, elle contribue à la comédie musicale “The Iron Man” de Pete Townsend. En 1990, elle enregistre avec Maria Bethania ; en 1991, avec Miriam Makeba. La même année, son autobiographie, “I Put A Spell On You”, est publiée. Elle est traduite en français (“Ne Me Quittez Pas”), en allemand (“Meine Schwarze Seele”) et en néerlandais (“I Put A Spell On You, – Herinneringen”).

En 1993, un nouvel album studio est sorti. “A Single Woman” comprend plusieurs chansons de Rod McKuen, la propre chanson de Nina, Marry Me, sa version du standard français Il n’y a pas d’amour heureux et un très émouvant Papa, Can You Hear Me ?

Pas moins de cinq chansons de son répertoire ont été utilisées dans la bande sonore du film de 1993 “Point Of No Return” (également appelé “The Assassin, nom de code : Nina”). De nombreux autres films comportent ses chansons (par exemple, “Ghosts of Mississippi”, 1996 : I Wish I Knew How It Would Feel To Be Free, “Stealing Beauty”, 1996 : My Baby Just Cares For Me et “One Night Stand”, 1997 : Exactly Like You).

Sa musique continue à enthousiasmer les nouveaux et jeunes auditeurs. Ain’t Got No / I Got Life a été un grand succès en 1998 aux Pays-Bas, tout comme il l’avait été 30 ans auparavant…

Avec ses accompagnateurs réguliers, Leopoldo Fleming (percussions), Tony Jones (basse), Paul Robinson (batterie), Xavier Collados (claviers) et son directeur musical Al Schackman (guitare), elle continue à enthousiasmer les publics du monde entier. Au Barbican Theatre de Londres en 1997, elle a chanté Every Time I Feel The Spirit en hommage à l’un des premiers leaders américains de la cause des droits civiques, de la paix et de la fraternité, le chanteur et acteur Paul Robeson. D’autres spirituals et “blood songs” suivront : Reached Down And Got My Soul, The Blood Done Change My Name et When I See The Blood.

Nina a été le point culminant du festival de jazz de Nice en France en 1997, du festival de jazz de Thessalonique en Grèce en 1998. Au Guinness Blues Festival de Dublin, en Irlande, en 1999, sa fille, Lisa Celeste, se présentant comme “Simone”, a chanté quelques duos avec sa mère. Simone a fait le tour du monde, a chanté avec la superstar latine Rafael, a participé à deux ateliers de théâtre Disney, jouant le rôle titre dans Aïda et Nala dans Le Roi Lion. Elle travaille actuellement sur son premier album, “Simone Superstar”.

Le 24 juillet 1998, Nina Simone était l’invitée spéciale de la fête du 80e anniversaire de Nelson Mandela. Le 7 octobre 1999, elle a reçu un Lifetime Achievement in Music Award à Dublin.

En 2000, elle a reçu la citoyenneté d’honneur à Atlanta (26 mai), le Diamond Award for Excellence in Music de l’Association of African American Music à Philadelphie (9 juin) et le Honorable Musketeer Award de la Compagnie des Mousquetaires d’Armagnac en France (7 août).

Dr Simone s’est éteinte après une longue maladie à son domicile dans sa villa de Carry-le-Rouet (Sud de la France) le 21 avril 2003. Comme elle l’avait souhaité, ses cendres ont été dispersées dans différents pays africains.

La Diva, qui était également docteur honoris causa en musique et en sciences humaines, jouit d’un statut légendaire inégalé en tant que l’une des dernières “griots”. Elle est et restera à jamais l’ultime chanteuse et conteuse de notre temps.

Notez cet article

Laisser un commentaire

Je suis Noah, un simple passionné de jazz qui a découvert ce genre musical en école de musique pendant mes cours d’histoire du jazz. J’ai commencé par regarder la complexité des partitions lorsque ce n’était pas de l’improvisation.
Jazz > Artistes de Jazz > La liste complète des meilleurs chanteurs de Jazz > Nina Simone : une voix pour l’émancipation